La loi du plus…

Le 11 avril, j’ai vu une femme plier sous le souvenir d’un meurtre – souvenir à peine, cri et vision encore bien trop présents – : le matin-même elle marchait dans la rue derrière chez elle, elle se rendait à son travail, elle passait et dans une voiture garée une autre femme pleurait et criait. Non, non. Un homme l’étranglait. Puis elle s’est tue.

Mais sa voix résonne encore dans les yeux de L. qui plie, et voudrait pleurer, assise devant la porte ouverte et la pluie qui descend. Pendant qu’elle me raconte, l’enfant joue entre ses pieds.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s