Mal aux jambes

Le 6 avril 2010 – jour radieux.

Alice et moi allons sur la terrasse. Elle dit voir et marcher de plus en plus difficilement. D’une semaine à l’autre.
Mais le soleil, l’air libre, la terrasse semblent la réjouir.

Plus tard. Dans sa chambre.
Sur l’étagère, la photo de son père, un monsieur barbu, pâli par le temps. Les journaux entassés sur la table, devant la fenêtre. Le plaid replié. Le réveil matin sur le bord de la table – au plus près du fauteuil, pour que son occupante puisse le voir. Au mur, une horloge, dont les aiguilles sont restées en suspens. La pile, sans doute, qu’on ne remplace plus.

Les souvenirs d’Alice s’effilochent.

« Avant… J’ai eu des souvenirs ; maintenant ils s’estompent. »
Magasin de fleurs à la mer – bois Saint-Anne – excursion… Il ne reste que quelques images.

Des sirènes d’ambulance éclatent, en dessous de sa fenêtre. Du grabuge, juste là, à l’extérieur.
« Je ne vais pas regarder, je vois de moins en moins. Ca ne vaut pas la peine de me lever. »

Mal aux jambes.

 
 
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s