« Ça devient loin » (Alice – fin)

Fin mai

– Comment ça va, Madame W. ?
– Doucement.

*

03 juin

Alice, menue, dans son fauteuil près de la fenêtre fermée, une couverture sur les genoux. La peau des mains presque transparente.
– Bonjour… Comment ça va aujourd’hui, Madame W.?
– Doucement. Les jambes…

*

Juin.

– Bonjour, Madame W. Je suis de retour. Comment allez-vous ?
– Comment? Je n’entends plus bien vous savez.
(La main ne monte plus en cornet autour de l’oreille. Veines bleues saillantes, doigts très fins – du papier à cigarettes, les pattes graciles d’un oiseau.)
– Comment allez-vous?
– Oh… Doucement.

*

Plus tard

« Je veux me mettre en route. C’est tout de même un trajet, tout le couloir. Il y a des fois où je me dis : bon dieu que c’est loin. Il y a des fois où ce n’était pas loin. Ça devient loin. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s