Hémorragie

Rendu visite à N. à l’hôpital l’autre jour. Je suis frappée de voir le nombre de gens qui s’essaiment dans les allées qui le bordent et dans le petit parc attenant, dans les couloirs et jusque dans la salle où je la retrouve, entourée par tant de sœurs, tantes, cousines que je n’ai pas retenu leur nombre. Elle m’indique, un peu à l’écart, B., son garçon désormais adulte (dix-sept ans, m’a-t-elle rappelé). Je le rencontre pour la première fois.

N. est faible encore, et assignée à l’hôpital pour encore une semaine, au moins. Il est vaguement question d’une opération. Difficile de comprendre de quoi elle souffre, exactement, ou plutôt quelle est la cause de l’hémorragie. D’une langue à l’autre, d’une culture à une autre, et peut-être à cause de la difficulté à obtenir et à retenir un diagnostic médical.

Je me demande combien de temps N. a dû attendre, dans cet hôpital surpeuplé, pour être prise en charge, le matin de son arrivée.

Hawa, qui m’a guidée jusque là après sa journée de travail, m’attend. A nouveau, elle m’accompagne et me guide dans les détours qu’il faut prendre pour trouver la sortie, même si son arrêt de bus est juste au coin. Il est presque six heures. Le soleil ne va pas tarder à se coucher. Lorsque je lui demande combien de temps il lui faudra pour regagner son logement et ses deux enfants, elle répond tranquillement: « two hours ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s