Le galet

Ces poèmes sont extraits d’un recueil inédit intitulé Le galet, primé avec deux autres (Brindilles et …gioa morte rossa…) par le prix Hubert Krains, ce 20 septembre 2017. 

Ces deux poèmes, parmi d’autres, avaient fait l’objet d’une publication dans le Journal des Poètes à l’automne 2016.

___

Contre l’absence

 

La rose de personne
éclot contre l’absence
tout contre
les paumes
où s’étire le sang
dans les lignes,

personne et j’y pose le front

– vitre tiède
embuée
un oiseau déplié
scarifie le départ –

pendant que je déroule
en appelant
inhabile
les noms qui vont
les noms qui manquent.

*

Vers l’avant

 

Si tu me disais va,
que tu le murmurais
aux seuils des maisons
dans l’avent de l’été
lorsque les lumières longues prolongent le temps
de vivre

j’entendrais j’enlacerais
les ombres devant moi
sachant
que tu devines la pesée
de l’amour
de la vie ;

si tu me disais va
un beau soir à rebours
de toutes les promesses
nous serions

déliés

à la fourche des chemins
au revers des adieux

des rubans de prière où vient jouer le vent.

2 réflexions au sujet de « Le galet »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s