Les phrases de la mâcheuse

Les phrases de la macheuse - phDMaes

Lorsque une histoire commence, quelque chose se met en suspens. C’est le moment de reprendre son souffle et d’écouter, sous les remous, la vie qui bat, le pouls lent et puissant des vivants. Ensuite, les mots viennent. Comme une invitation au voyage, au plaisir de la traversée. Se laisser emporter, perdre pied, aborder des rivages insoupçonnés.

Dans ce livre, les textes et les images nouent un dialogue libre et joyeux, dont les échos vibrent longtemps, multipliant les itinéraires.

 

lire un extrait

 


Ce qu’on en dit:

Lucien Noullez – 16 août 2014

Il n’a pas fallu à Soline de Laveleye un départ pour la Tanzanie. Depuis toujours, ses yeux sont profonds, comme si elle voyait un ailleurs en toute chose. Il n’a pas fallu attendre qu’elle devînt maman : une sorte d’enfance (la meilleure des enfances, celle qui allie la gravité d’exister à la gourmandise de vivre) habitait sa conversation de très jeune femme, pourtant posée, quand je la rencontrai voici quelques années. Malheureusement, je ne sais rien de son compagnon de livre : Dominique Maes, qui accompagne les textes de Soline de dessins drôles et sages et chahutés. LES PHRASES DE LA MÂCHEUSE donne donc à lire et à voir des contes, des espèces de contes qui nous regardent. « L’homme écrit, mais c’est l’enfant qui dicte » a dit à peu près Julien Green. Elle a dicté à Dominique et à Soline des phrases et des entrelacs d’une rare qualité d’écriture et de graphisme. Histoires brèves, mais quelquefois terribles. Dessins de potache archi-malin. Ce rêve est un vrai livre, ou le contraire.

Un régal.


Acheter le livre: